Island Eterna

Bienvenue sur l'île d'Eterna ! Intégrer le lycée et l'université d'Eterna, ainsi que des civils et commerçants. Puis jouer une de nos nombreuses races. [NC-16 # H/Y/Y]

 
Soyez les bienvenus sur Island Eterna !
Pensez à voter toutes les 2h !
Débuts Mars.
Un tremblement de terre a secoué tout Eterna.
Les dégâts sont minimes à Asahi, mais des villes plus éloignées,
ont subit de lourds dégâts et ont été isolés.
Des équipes Humanitaires ont été envoyées pour aider à la
reconstruction et rétablir les liaisons avec la capitale et le Conseil.
Après quelques jours, tout est presque revenue dans l’ordre et
les travaux de reconstruction ont débuté.
Toutefois, 3 villes isolées aux seins des marais, n’ont toujours
pas envoyés de message.

L’équipe Humanitaire et la population sont
actuellement portés disparu !
Aller en haut
Aller en bas

 :: Région Ouest :: Plaine Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Last straight line [Pv.Hiroshi]

avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 02/11/2016
Sam 13 Mai - 15:27
  • FT.Hiroshi
「Last straight line 」




Cette nuit-là, la pleine lune jouait de son charme et mes origines ne m'en laissaient pas indifférente. Cela faisait maintenant plusieurs temps que mon histoire avec Hiroshi avait débuté, et nous nous étions plus que rapprochés une nouvelle fois, empiétant cette fois-ci dans l'intimité de l'un et de l'autre. Notre relation discrète à ses débuts c'était peu à peu fait remarquer au fil des semaines et comme assez souvent, j'avais passé cette nuit-là avec lui. Seulement voilà, depuis maintenant plusieurs jours je m'étais montrée plus distante envers lui, nerveuse même, je ne pouvais pas tenir en place une seule seconde. Et ce, depuis que j'avais appris l'existence des esprits lors de mon entraînement avec Marian. Je n'avais pas parlé de ces histoires à Hiroshi, il était simplement au courant de la blessure que je m'étais infligée, rien de plus. Alors oui, il m'aurait été possible de lui en parler d'A à Z mais il aurait cherché à me protéger et m'aurait fait office de barrage concernant mes futurs projets. Ce soir-là, je m'étais relevée dans la nuit et j'étais restée plusieurs heures sur un moment de réflexion pour enfin me décider. Et ce qui fut à faire, se fut. Après avoir laissé un mot d'excuse à Hiroshi, sur la table de la cuisine, et m'être assurée qu'il dormait bel et bien, j'étais partis sans rien, m'assurant qu'il n'y ait aucune trace guidant à ma personne. Et c'est ainsi que tout commença.

Après mon départ, je m'étais volontairement rendu dans la tanière du loup, ou plutôt de la louve. Une de mes anciennes connaissances plus précisément. Il s'agissait d'une femme de la trentaine, Agathe, mercenaire à ses temps perdus et ancienne membre de la mafia d'Aurora. Elle savait beaucoup de choses sur l'envers du décor d'Asahi mais était peu coopérante et agissait souvent selon ses propres avantages. Cause pour laquelle nous ne nous sommes jamais entendue, nous étions trop similaire sur certains points. Cette rencontre, comme je pouvais m'y attendre, c'était très mal déroulée. J'étais trop pressée, trop nerveuse et à cran ce soir-là, et cela avait joué contre moi. J'avais dégainé trop vite mon arme sur Agathe, et je m'étais rapidement retrouvée moi-même sous une dizaine d'arme pointée à mon encontre me forçant à me rendre. Agathe, depuis tout ce temps, avait monté sa propre affaire et même si elle n'en paraissait pas, elle se déplaçait rarement seule.

Ce même soir, j'en étais arrivée à un point de non issus. J'étais à la case départ, dans un des repaires de Chrysler. Agathe avait reçu une somme d'argent en contrepartie de mon échange à celui-ci mais il était loin de se douter de ce qui allait arriver.


*Flashback*

« Pardon ? Tu viens me déranger dans mon bureau pour m'informer qu'une enfant à assassiner l'avant garde du poste à elle seule ? C'est bien ça ? »
« Mh, Eh.. Agathe en serait complice... »
« C'est l'Hôpital qui se fout de la charité. Que faisiez-vous pendant son attaque ? Pourquoi n'étiez-vous donc pas à vos postes ? »
« C'est à dire... »
« Ferme là avant que je ne t'égorge à ton tour. A quoi ressembles donc cette enfant ? »
« Ah, Mh... Blonde et... »
« Tsccht. Tais-toi. Tu fais du bon boulot. C'était la seule chose que je souhaitais apprendre. »

*Fin du FlashBack.*



À ce jour, je ne savais absolument pas combien de temps séparer mon départ de mon arrivée. Plusieurs heures ? Plusieurs jours ? Je n'avais plus la notion du temps mais les secondes me semblaient éternelles. Après mon arrivée remarquée, il était évident que Chrysler n'allait pas rester sans bouger, et s'est sans surprise qu'il ne mit pas longtemps à m'immobiliser. Je ne connaissais pas ses projets, et, j'en avais perdu les miens. Je regrettais profondément mon choix, et la crainte s'emparer de moi au fil du temps. Je craignais de ne revivre ce à quoi j'avais déjà fait face, le seul détail c'est que cette fois, personne ne viendrait à mon secours. Il me semblait être enchaîné, ces bruits métalliques à chacun de mes mouvements me le faisaient comprendre. Mes yeux étaient bandés et une muselière trônait sur mon visage en cas d'une éventuelle transformation. J'avais été stupide, et... Hiroshi dans tout ça ? Qu'en était-il devenu au lendemain de mon départ ? Comment l'avait-il pris... ?

« Erin. Erin, réveilles-toi. »

Cette voix, je la connaissais mais elle me semblait revenir à trop loin pour assimiler le visage à qui elle appartenait. Pourtant elle était importante, et ce n'était pas de n'importe qui. Faust. C'était celle de Faust. Je me réveillais en sursaut, cherchant à me débattre, sans succès, toujours privée de ma vue. Je n'étais plus au même endroit, ni même seule. Deux personnes étaient présentes dans la pièce, des personnes dont je ne connaissais pas l'identité. Soudain, l'une d'elles me saisit sa brutalement par les cheveux pour me tirer la tête vers l'arrière. Une légère grimace s'inscrivit sur mon visage. Je ne comprenais pas. S'agissait-il d'un rêve ? Merde et merde !

« La belle au bois dormant est enfin sortis de son sommeil ? Ça tombe bien. On a une petite surprise du maître pour toi. Passes-moi le faire. » Ordonna-t-il a son collègue.

Le fer ? À ce moment même, je compris que j'étais dans une sacrée merde. Je venais à peine de m'éveiller que tout dégénérer. Mon premier reflex fût de me dégager violemment de son étreinte et de tenter d'utiliser mon électrokinésie pour le repousser mais ce fut un échec. Mon élément ne semblait pas pouvoir les toucher, Chrysler avait certainement pris de nouvelles précautions. Je ne devais pas faire passer la haine avant le calme.

« Mmh ? Le Maître m'avait pourtant dit que tu n'étais pas du genre à te taire face à des inconnus... mais... » Il ne finit pas sa phrase qu'une douleur brûlante et intense s'écrasa sur ma main me força à hurler. « Eh bien voilà ! Tu vois quand tu veux ! » s'enthousiasma-t-il

Si je n'agissais pas, j'allais y rester. La douleur était trop forte pour que je puisse continuer d'écouter l'autre écervelé et je ne pensais qu'à une chose : me sortir de là et les éventrer sans hésitation. J'avais de plus en plus de mal de rester calme, et les pulsions de mon cœur me le faisaient comprendre. L'adrénaline ne cessait de ses manifester. Il lâcha le fer qui s'écrasa au sol sous un bruit métallique, et enchaîna les ordres qui lui avaient été confiés.

« Continuons. » dit-il avant de me poignardant droit au ventre avec un canif et de s'éloigner. « J'ai un message du maître pour toi. A vrai dire, il s'attendait plus ou moins à te revoir un jour. Son intuition et puis... ton petit ami n'est peut-être pas celui que tu crois. Peut-être qu'il tenait le maître au courant de tes projets . De ton avancé depuis le début . Peut-être jouait-il de ta confiance au point de prendre ton cœur ? Ahah ! Tant que nous y sommes, continuons sur les révélations. Ton ami Shiro aussi, n'est pas celui que tu crois. C'est lui qui vous à guider, Faust et toi, dans la gueule de Chrysler. Il a été payé pour. » Ria-t'il aux éclats. « Je ne vois pas tes yeux, mais ton visage en dit long sur ce que tu ressens ! »

Je me mordais les lèvres allant jusqu'à les faire saigner. Je ne savais plus quoi penser en plus de ces douleurs insupportables. Hiroshi là-dedans ? Nan, ça ne pouvait pas être possible. Il ne pouvait pas me faire ça. Et Shiro ? Je serrais mes poings. J'avais l'impression que mon cœur venait de se déchirer, j'avais l'impression de tout perdre une nouvelle fois. Rire ou pleurer, c'était la question. L'alliance de la haine et du dégout m'était fortement néfaste. Et pourtant, le rire vint en premier, un rire nerveux. Ce rire me fit davantage souffrir de ma blessure au ventre créant un tiraillement et ce fut sans réfléchir que je me mis à agir, retournant violemment mon poignet, dont ma main était blessée, à l'inverse de la manière dont il était attaché pour me libérer des liens de ce côté. Putain ça faisait un mal de chien, je n'avais jamais autant souffert en si peu de temps.

En un premier temps, j'en avais profité pour ôter le bandeau qui recouvrait ma vue me permettant d'enfin apercevoir les visages surpris de mes opposants face à mon acte. À nouveau en possession de mes yeux, ma première attaque fut d'effacer en totalité la mémoire de ces individus. Évidemment ce ne fit pas sans effet retour, je n'avais jamais pratiqué ceci, et encore moins sur plusieurs personnes en même temps me provoquant un saignement du nez et des vertiges. Mes opposants temporairement confus, j'en profitais pour me détacher entièrement et de, littéralement, arracher le couteau qui se trouvait encore dans ma plaie au ventre pour foncer sur eux et enfin m'occuper de leur cas, les égorgeant sans scrupules. Leurs corps tombèrent lourdement au sol l'un après l'autre.

Ma dose d'adrénaline retombée, je pris le temps d'observer où je me trouvais : un hangar agricole. Un hangar au milieu de nulle part. Je soupirais longuement, titubant en reculant pour m'adosser au premier mur qui se présenterait à moi. J'étais complètement à côté de la plaque entre la douleur et ces révélations. Je ne savais déjà pas où me mettre en apprenant l'existence des esprits, mais cette fois, c'était pire. Comment Shiro avait-il pu nous trahir après tant d'années passées ensemble ? Prise de colère je lançai violemment le couteau que j'avais en main contre la porte du hangar. Je passais ensuite doucement ma main sur mon visage, qui y glissait lentement. Puis, à bout de toute pensée, je pris ma tête entre mes deux mains en pouffant de rire. Et Hiroshi ? J'en restais perplexe, dans le doute. Non, je devais me sortir ces idées de la tête. Pourquoi m'aurait-il fait ça ? Pourtant... Shiro l'avait bien fait lui... Et la voix de Faust tout à l'heure ? Je me mis à rire. Je ne savais plus. Étais-je encore lucide ? Mes mains glissèrent doucement à l'arrière de ma tête afin de détacher la muselière. Chrysler n'était plus là à l'heure actuelle, forcément ce n'était pas le lieu d'auparavant. Quel jour étions-nous ? Quelle heure ? L'énervement n'arrangeait rien à la situation.

En suivant la trajectoire de l'objet qui tombait au sol, je repris conscience des blessures qui m'étaient affligées et me laissais glisser contre le mur jusqu'à être assise. La perte de sang qui ne cessait de s'écouler avait certainement une part de responsabilité à mes troubles psychologiques actuelles. Je n'allais tout de même pas crever ici ? Mes yeux avançaient ensuite sur mon poignet brisé et ma main marquée au fer. Cette marque, il l'avait ordonné pour faire de moi son esclave et pour me le faire comprendre. Quel connard...

La poignet de porte du hangar se mit soudain à bouger, laissant passer de cette ouverture un courant d'air et me faisant comprendre qui venait de l'ouvrir en m'apportant son odeur. C'est avec du mal que je me relevais, dos au mur, dans l'incapacité de maintenir mon propre poids seul et saisissais ma ceinture contenant l'étui de mon berreta sur l'établir à côté de moi. Après l'avoir chargé à l'aide d'une seule main, je visais l'entrée de la pièce prête à tirer s'il en était nécessaire lorsqu'il franchira la porte.

« Qu'est-ce que tu fais là ? » Dis-je glacialement à Hiroshi avant même qu'il entre.

Ma position de tir était loin d'être précise, et ma vue semblait devenir brumeuse. Tout ça, avant que je prenne sérieusement conscience de mon état lorsque je fus pousser à cracher un filet de sang au sol.



Don't use. - © Ʃkaemp ft. Erin

_________________


« You'll never known the murderer sitting next to you. »
† Fiche † - † Journal † - † #990066Galerie

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 355
Date d'inscription : 25/02/2016
Ven 19 Mai - 20:20





Last Straight Line




Hiroshi avait passé du temps avec Erin, mais il s’était rendu compte que la jeune femme s’éloigna de lui. Il voulait avoir des informations, mais la jeune louve essaya de la rassurer sans rien lui dire de plus. La jeune femme passa la nuit avec lui, puis le matin, le jeune homme ne la trouvait pas à ses côtés. Il était surpris, car la jeune femme l’avertit tout le temps quand elle part en cours. Il lui avait envoyé un message pour avoir des nouvelles, mais il n’avait pas eu de réponse.

Alors le jeune homme s’occupait de son salon de thé en attendant un message, mais il n’avait encore rien reçu. Il commença à s’inquiéter, avant d’appeler la jeune femme pendant l’après-midi, mais il tomba sur le répondeur. Le jeune homme était parti au lycée en apprenant qu’Erin ne se trouvait pas en cours. Il soupira avant d’utiliser son pouvoir pour chercher dans la ville, il était parti dans les lieux famés pour trouver des personnes qui ont vu sa louve.

Hiroshi avait menacé plusieurs personnes et un homme lui avait indiqué qu’Erin était partie voir une femme en donnant l’adresse du lieu. Il utilisa sa vitesse pour arrivée dans un bâtiment et il regarda autour de lui avant de voire quatre gardes qui le menacé avec une arme. Il rit légèrement avant d’utiliser sa vitesse pour les désarmer et il sortit son épée en tranchant la gorge des quatre ennemis, puis il défonça la porte en utilisant la fumée pour aveugler les ennemis avant d’aller couper les membres de plusieurs gardes. Le jeune homme avait réussi à battre tout les gardes avant d’aller dans la salle de leur patronne, il défonça la porte en étant devant elle avec son épée.

- Bon ! Tu vas me dire où se trouve ERIN !!!?
- Oh, tu oses déranger une belle louve ! Pourquoi je réponds à une personne comme toi, tu vas te faire tuer par mes gardes.
- Hihiahaha !!! Tes gardes sont morts où assommer, bon, tu vas me dire les informations, où je te tue.

La femme avait sorti une arme, il utilisa sa vitesse pour frapper sa main pour la désarmer et il la plaqua contre le mur avant de la foudroyer pendant plusieurs seconds pour l’immobiliser. Il rangea son épée, avant de voire dans la pièce en prenant une corde et il lui attache les mains et les pieds et il avait mis sur une chaise. Il sortit sa dague avant de lui faire une blessure à la joue.

- Bon ! Tu vas me le dire !

La femme ne voulait rien dire, il planta sa dague dans sa jambe, avant de faire plusieurs entailles sur son corps. Il utilisa la foudre pour l’électrocuter plusieurs fois, il continua de la torturer, puis la femme commença à parler en disant l’endroit où se trouve Erin. Il avait réussi à la faire pleurer avant de la libérer, il la regarda avec une large sourire.

- Ce n’était pas difficile, bon j’ai mis le bordel, mais il fallait me dire dès le début, la prochaine fois je vous coupe la tête et je l’accroche à l’entrées.

Il utilisa sa vitesse pour aller voir un plan, il continua à chercher l’endroit, quelques heures plus tard, il se trouva au lieu indiqué. Il y avait un hangar et il se trouvait loin d’Asahi, mais ce n’était pas grave. Le jeune homme cherche partout avant d’ouvrir l'hangar et il avait vu Erin, alors Hiroshi ressentit de la colère et un soulagement. Elle lui avait parlé froidement, mais il ne faisait pas attention à ce détail, avant de s’avancer vers elle, la jeune louve crachat du sang. Il la regarda en étant choqué de voire ses blessures, il s’inquiéta en la regardant avec de la colère et du soulagement.

- Tu es blessé, qu’est-ce qui s’est passé ici ? Il faut qu’on te soigne avant de me dire pourquoi tu m’as quitté pour te trouver ici ?

Il était moins en colère qu’au début, car il s’est défoulé contre les autres personnes.


_________________


1 Bisou de Kahla

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 02/11/2016
Lun 22 Mai - 14:52
  • FT.Hiroshi
「Last straight line 」




« Tu es blessé, qu’est-ce qui s’est passé ici ? Il faut qu’on te soigne avant de me dire pourquoi tu m’as quitté pour te trouver ici ? »

Je pouvais entendre une once de colère dans ses paroles, et un air facial au bord de l'inquiétude, et pourtant je ne pouvais m'effacer de la mémoire les paroles entendues plus tôt. S'il me mentait réellement, j'aurai été forcé de le voir en lisant dans ses pensées mais s'il y avait quelque chose m'en empêchant ..? Merde et merde ! Si je l'aurais pu, j'aurais exterminer ce hangar en un temps records sous l'effet de la colère. Je grimaçais de douleur, tentant de tenir debout seule et sans l'aide du mur derrière moi. Shiro, un simple humain, avait bien réussi à m'attirer dans cette foutue merde sans que j'y vois quoique se soit, alors pourquoi pas lui ? la confiance dit-on ? Tss. Qu'est-ce que Chrysler attendait de moi ? Finalement, ce n'était pas moi qui étais venue à lui, c'était lui qui m'avait conduit à ses pieds depuis le début. Je ne quittais pas des yeux Hiroshi, je n'avais même pas encore pris la peine de lui répondre.

« Je n'ai pas besoin de ton aide pour me soigner, ni quoi que ce soit d'autre. » répondis-je aussi froidement que les premières fois où nous nous étions rencontrés. « Alors, dégage d'ici. » continuais-je.

Sur ces mots, j'enlevais le cran de sécurité de mon arme, toujours pointer sur lui. J'étais bien plus que sur l'offensive que la défensive, et la nervosité m'en faisaient trembler. J'agissais sur le moment, je n'arrivais pas à faire la part des choses. J'étais face à celui que j'aime, et incapable de discerner le vrai du faux. Mon moral n'était déjà pas bien élevé depuis ces quelques jours, et aujourd'hui, il avait atteint son point le plus faible.

Je passais mon bras libre contre la plaie située sur mon ventre, comme un point de compression, de manière à perdre le moins de sang possible. Seulement, c'était déjà bien trop tard pour le faire. Mes vêtements étaient déjà imbibés de sang, et j'en avais perdu bien plus que ce que j'avais pensé jusque là. Quelle idée d'avoir aggravé moi-même la plaie en y retirant l'arme pour me défendre... Je ne devais pas éloigner ma concentration plus qu'elle ne l'était déjà, Hiroshi était capable de me désarmer d'une seconde à l'autre à l'aide de sa vitesse, je devais gagner du temps et cette fois-ci, je n'avais absolument pas l'avantage sur lui si je devais venir à m'en défendre. Avec une plaie à l'estomac, un poignet cassé et une incapacité totale à me déplacer, je ne pouvais plus que comptais sur ma volonté. Cette même volonté qui s'éteignait à feu doux au fil des secondes qui s'écoulaient.

« Néanmoins, tu mérites au moins l'une de tes des réponses. J'ai une chance de revoir Faust, et personne ne m'empêchera de mettre ma vie en danger pour cette raison. Pas même toi. Mais cela, tu dois déjà le savoir... N'est-ce-pas ? » Je pris un temps de pause « Soit disant, tu ne serais pas celui que je crois...»

Je fermais les yeux, rigolant amèrement, une diversion à vrai dire, vu mon état, il n'y avait rien de drôle. Ce rire ne prouvait qu'une chose : la folie et l'instinct bestiaire qui me gagnait. Et en une fraction de seconde, le bruit d'un tir retentissa dans l'enceinte du hangar. J'avais tiré. Certes, pas sur Hiroshi, mais assez près de lui pour l'avertir que je ne rigolais pas.

« Je te déteste. Je vous déteste tous. » Ajoutais-je en chuchotant et en baissant la tête sur un grognement.

J'ouvris les yeux. Adieu la couleur azurée de mon regard, qui de nouveau, depuis l'entraînement de Marian, avait laissé place à un regard rouge vif, soit, le regard que portait ma forme finale. Il n'y avait aucun doute, ce n'était pas la docile louve qu'il avait en face de lui mais plutôt le chien de l'Enfer qui reposait en moi. Je n'étais pas sûr d'être moi-même consciente de mon comportement.

Je plongeais mon regard dans celui d'Hiroshi en guise d'un second avertissement, il savait très bien ce que cela voulait dire au vu de mes facultés psychiques. Même si je l'avoue, j'étais incapable de l'utiliser pour le moment. J'étais prise de sensation de vertige, et pourtant, je refusais d'abandonner.

« Ne m'oblige pas à aller plus loin. »



Don't use. - © Ʃkaemp ft. Erin

_________________


« You'll never known the murderer sitting next to you. »
† Fiche † - † Journal † - † #990066Galerie

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 355
Date d'inscription : 25/02/2016
Dim 28 Mai - 13:44





Last Straight Line




Hiroshi se trouva devant sa louve, cette dernière était blessée énormément, il était très inquiet sans vraiment faire attention à son arme. Elle lui avait demandé de dégager et que les blessures ne le concernaient pas. Le jeune homme serra le poing en voulant la faire revenir à la raison, puis elle parla de Faust. Qu’il était au courant de cette histoire, le jeune homme savait simplement ce qu’Erin lui avait dit.

- Tu dois te faire soigner, pourquoi tu es parti de chez moi sans rien dire ?

Ensuite, la jeune femme rigola avant de tirer à côté de lui, c’était comme si elle voulait le mettre en garde. Il devait trouver un moyen de la désarmer sans agavé les blessures. Hiroshi avait entendu les chuchotements, c’était assez bizarre de la voire comme ça. Le jeune homme avait une idée, mais il fallait faire vite pour la ramener dans le village à côté pour la soigner. Il avait bien entendu, que le jeune homme ne devait pas l’obligé à aller loin. Avant de bouger, il la fixa en voulant dire quelques mots.

- Erin je t’aime, pour toi j’ai tué des personnes et j’ai même torturé un autre personne pour me dire où tu te trouve.

Hiroshi utilisa sa vitesse pour aller prendre son arme, puis il s’éloigne d’elle pour le ranger dans sa ceinture. Puis il s’approche rapidement vers elle pour la plaquer contre un mur. Son visage était proche du siens en allant faire un bisou sur son front et il appuie sur la blessure d’Erin. Des larmes coulaient sur le visage du jeune homme sans se rendre compte.

- Je suis désolé, mais je ne veux pas te laisser mourir. Je te promets que je vais tuer toutes les personnes qui t'on fait du mal. Je t’aiderai à trouver Faust, mais laisse-moi-t’aider !

Il la regarda une dernière fois, en voulant lui parler avant de l’assommer.

- Tu vas encore avoir mal, mais c’est pour ton bien. Je suis désolé ma louve, je ne peux pas supporter ta mort sous mes yeux……sans pouvoir agir…..je t’aime.

Il lui met un coup à la tête en appuyant sur sa blessure pour l’assommer. Puis après avoir réussi, il l’avait pris. Il la serra dans ses bras pour utiliser son pouvoir de vitesse.
Quelques minutes plus tard, il se trouva dans le village le plus proche en cherchant un cabinet de soin. Quand Hiroshi le trouva, il l’avait ramené chez le médecin, plusieurs personnes étaient venus vers lui pour savoir ce qui passe.

- Elle...est blessé…..je veux savoir si vous pouvez la soigner….

Les médecins avaient mis Erin sur le lit pour la ramener dans une sale en commençants à la soigner, avant de le faire. Ils avaient fait une piqûre pour l’apaiser, le jeune homme attendait dans la salle. Après plusieurs minutes, un médecin était venu le voir pour lui dire qu’ils avaient réussi à la soigner, elle devait se reposer. Heureusement que le médecin était un mage et il avait utilisé une magie ce soin sur les blessures.

À la fin, le médecin regarda la jeune fée pour avoir des précisions sur les blessures de la jeune femme et que la police allait surement venir. Le jeune homme souriait en donnant de l’argent à la personne pour acheter son silence et de trouver une chambre tranquille. La personne avait pris l’argent, pour ramener Erin au dernier étage qui n’était pas utilisé, mais il y avait une chambre où on pouvait partir par la sortie secours. Il se trouva avec sa louve dans une salle en fermant et le médecin était parti détruire les dossiers. Le jeune homme la regarda en attendant son réveillé, il les médicaments et les piqûres pour calmer ses blessures. Il s’en voulait de ne pas être présent pour la protéger, c’était tellement énervant.  


_________________


1 Bisou de Kahla

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 02/11/2016
Lun 29 Mai - 11:15
  • FT.Hiroshi
「Last straight line 」




« Erin je t’aime, pour toi j’ai tué des personnes et j’ai même torturé un autre personne pour me dire où tu te trouve. »

Il parlait certainement d'Agathe. Elle qui était si forte avant sur ce terrain avait donc faibli face à un jeune homme tel qu'Hiroshi ? Aurora aurait honte de l'avoir eu à ses côtés si elle venait à l'apprendre. La première chose qu'on avait appris au sein du groupe c'était de garder le silence, et ce, peu importe la technique que l'ennemi emploie. Décevant. Rapidement, je me trouvais désarmer comme je m'y étais attendue depuis le début mais sa seconde charge me laissa plus surprise. En l'échange de son tendre geste, ce n'est qu'un regard froid que reçu Hiroshi, et en parallèle, j'essayais tant bien que mal de me sortir de son étreinte jusqu'à ce qu'il appuie sur ma blessure me faisant lâcher toutes prises. Je n'avais pu retenir une seconde de plus mon silence sur cette douleur qui se superposait à la mienne. Je serrais les poings, mon regard n'exprimait que haine et rage de ce geste. J'étais même allée au point de lui montrer les crocs alors que des larmes coulaient sur ses joues. J'étais bouffée de haine jusqu'à la moelle, et bouffée de remords au fin fond de mon être et cela ne faisait qu'accroître ma colère.

« Tu vas encore avoir mal, mais c’est pour ton bien. Je suis désolé ma louve, je ne peux pas supporter ta mort sous mes yeux……sans pouvoir agir…..je t’aime. »

Sur ces dernières paroles d'Hiroshi, ma vue se troubla. Pendant quelques millièmes de seconde, c'était comme si j'étais semi-évéillée, et je sentais mon corps devenir de plus en plus lourd et... ce fut le néant total. Plus rien.[...]

Mes paupières étaient lourdes, c'était comme si je n'arrivais pas à ouvrir les yeux. Je pouvais entendre un bip régulier venant d'une machine, comme on entend souvent dans des séries. Comment se nomme cet appareil ? Un électrocardiogramme, voilà. Ma respiration était bruyante, je devais certainement être sous appareil respiratoire. Où étais-je... ? J'ouvris les yeux, restant inerte sur le lit. Un plafond blanc s'offrait à moi et un ventilateur de plafond tournait lentement, le silence était trop pesant. Pendant de longues secondes je me demandais encore ce que je faisais ici, jusqu'à me souvenir de ce qu'il s'était passé. Je me redressai brutalement, arrachant le masque respiratoire et la perfusion qui m'était implantée dans le bras. L'électrocardiogramme se fut plus rapide, plus fort. Je voulus sortir du lit, mais une douleur intense de maux de tête me cloua sur place me forçant à poser mes deux mains de chaque côté de ma tête, incapable de quoi que ce soit. J'avais l'impression d'entendre des tonnes de chuchotements.

Je tournais le regard, et aperçu Hiroshi à mon chevet. Après avoir perdu connaissance, c'est certainement lui qui m'avait mené ici. Une fois les bourdonnements passés, je fus surprise de voir que je n'avais qu'une simple attelle là où normalement mon poignet devait être brisé. J'avais certainement eut affaire à un médecin très compétent. Pourtant, la marque au fer rouge était toujours présente. Concernant ma plaie, elle était en partie guérie mais pas assez pour me permettre de faire n'importe quoi sans qu'elle se rouvre.

« Je t'avais dis de me laisser tranquille... »

Dis-je d'une voix faible à Hiroshi avant de tenter de me mettre assise au bord du lit. Mes membres étaient encore sacrément endormis, certainement à cause de médicament contre la douleur. D'ailleurs, moi aussi je ne me sentais pas en force. J'avais l'impression de porter sur mes épaules une fatigue énorme.

« Qu'est ce que tu fais encore là ? »




Don't use. - © Ʃkaemp ft. Erin

_________________


« You'll never known the murderer sitting next to you. »
† Fiche † - † Journal † - † #990066Galerie

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 355
Date d'inscription : 25/02/2016
Lun 29 Mai - 19:44





Last Straight Line




Hiroshi Yasuo était toujours inquiet pour elle, mais il l’avait vu se tourner pour le regarder. La jeune femme lui avait parlé, il continuait de la fixer en soupirant légèrement. Il regarda les blessures soignées de la jeune femme en espérant qu’Erin n’allait pas souffrir encore plus.

- Tu aurais voulu que je te laisse mourir……

Erin essaya de s’asseoir au bord du lit, mais c’était difficile pour elle. Il se leva pour marcher doucement dans la salle. Puis elle me demande pourquoi il était là. Le jeune homme serra les poings avant de se tourner pour la regarder en avançant vers elle, puis il posa ses mains sur ses épaules. Puis il profite lui donner un bisou sur le front.

- Je suis là car je t’aime, mais tu as commis une grose erreur ! Pourquoi tu es parti sans rien me dire ?

Il recula d’elle en la regardant, il avait entendu des choses assez bizarres dans le hangar. Elle parlait de son ancien ami mort et que je connaissais certaines informations.

- En fait je ne comprends pas l’histoire, raconte moi ce qui s’est passé ? Qui t’a attaqué ? Pourquoi tu as parlé de Faust ?

Il continua de la fixer en se demandant pourquoi elle voulait le tuer, est-ce que c’est vraiment sa louve ? Il sortit l’arme à feu en lui montrant et il la regarda avec un air assez grave et froid.

- Tu te rappel de ce pistolet ? Pourquoi tu as voulu me tirer dessus ? Est-ce qu’on t'a demandé de me tuer ? Tu ne m’as pas dit que je t’appartiens et là, tu essayes de tuer ta fée, je n’arrive pas à comprendre.

Il détruit l’arme en utilisant la foudre, puis en le mettant dans un coin de la salle, puis il retourne vers la jeune femme pour attendre les réponses. Le jeune homme avait profité pour faire apparaître ses ailes et il les bouge pour faire un peu de vent.


_________________


1 Bisou de Kahla

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 02/11/2016
Mar 30 Mai - 18:40
  • FT.Hiroshi
「Last straight line 」




Mes sourcils se froncèrent lorsque Hiroshi s'approcha de moi et posa ses mains sur mes épaules, mais je n'avais pas bougé lorsqu'il m'avait déposé un baiser sur le front. Je l'écoutais, comprenant bien qu'au fond de lui il m'en voulait d'être partis sans l'avoir avertis en face à face mais ce n'était pas comme si c'était la première erreur de ma vie que je faisais. A mon ancienne habitude, je détournais les yeux pendant qu'il continuait de m'adresser la parole, restant dans un silence des plus profonds. Il me posait des questions, sur moi, sur Faust et je n'avais pas envie de lui répondre. Je ne savais pas pourquoi. Je me sentais vide, je n'arrivais pas à faire preuve d'empathie ni même de sympathie. Du coin de l'oeil, j'apperçu mon arme entre les mains d'Hiroshi, et je ressentis comme un déclic lorsqu'il le tendit vers moi pour me la montrer.

« Tu te rappel de ce pistolet ? Pourquoi tu as voulu me tirer dessus ? Est-ce qu’on t'a demandé de me tuer ? Tu ne m’as pas dit que je t’appartiens et là, tu essayes de tuer ta fée, je n’arrive pas à comprendre. »

Mes yeux s'ouvrirent en grand et en large lorsque mon berreta se fit foudroyer par Hiroshi. Je n'avais pas eut le temps de réagir.

« Putain non ! » 

Dis-je en haussant le ton. Les lumières de la pièce se mirent à clignoter rapidement l'espace de quelques secondes sous l'influence de mes sentiments. Je soupirais bruyamment montrant mon mécontentement. Un dernier rire nerveux sortis de ma gorge avant que je prenne la parole.

« Oui je m'en rappel, et si j'aurai vraiment eut envie de te tuer, je t'aurai coller une balle entre les deux yeux directement. Tu sais quoi ? J'étais même sur le point de te dire que je ne t'avais jamais aimer pour que tu me laisses en paix. »

Je fus moi même surprise de mes propos, j'avais crus m'entendre moi-même quelques années plus tôt. Soudainement, les maux de têtes me reprirent encore plus brusquement. Je posais l'une de mes mains sur mon visage quelques secondes puis la laissa glisser doucement avant de reprendre la parole.

« Personne ne m'as demandé quoi que se soit. » repris-je.

Je me penchais vers l'avant afin de toucher le sol avec mes pieds, le lit étant trop haut pour ma taille, et je me mis debout. Mon corps, toujours semi-endormis à cause des anti-douleurs, je fus obligée avec mes deux mains de prendre appuis sur les barreaux du lit pour m'aider à tenir ainsi. Le peu d'effort que je fournissais m'épuiser déjà. Après un temps d'hésitation je me dirigeais vers mon arme au sol passant à côté d'Hiroshi et maintenant d'un bras la plaie recousus de mon estomac. Je me penchais difficilement et enfin la pris entre mes mains. Si je voulais la remettre en état de marche, j'allais devoir faire usage des connaissances d'un professionnel. Une fois que je m'étais redressée, je repassais une nouvelle fois à côté d'Hiroshi et d'un geste presque timide et hésitant, je le pris par le bras pour l'attirer vers le lit afin de le faire s'asseoir à côté de moi. Une fois de nouveau assise, je posais l'arme sur la table de chevet et pris le temps d'enfin m'intéresser à celui à côté de moi.

« Avant mon départ, plus exactement depuis mon entraînement avec Marian, j'ai appris l'existence des esprits. Et donc, une chance de retrouver Faust. Depuis ce moment, je n'ai pas été franche avec toi. C'est pour cette raison que j'étais différente avec toi, que j'ai repoussé tes avances à de multiples reprises. » je souriais légèrement en baissant le regard « Tu es bien le deuxième à qui je n'arrive pas à mentir sans m'en vouloir.. » Je repris ensuite mon sérieux pour continuer « Après réflexion, je ne pouvais pas rester sans rien faire. Je suis donc partie la nuit, pendant que tu dormais pour ne pas que tu m'empêches d'agir ou pire encore, que tu m'accompagnes. Je me suis lancée personnellement dans la gueule du loup, j'ai fais en sorte qu'une ancienne connaissance me livre à Chrysler pour avoir mes réponses. De l'inconscience n'est ce pas...? » Surtout après ce qu'il m'avait déjà fais subir. « J'ai descendu un à un les pions qui bossaient pour lui, à son avant-poste, pour finalement que lui-même m'arrête et me place en détention. Je ne me souviens plus du reste... A mon réveil, j'étais ailleurs, attachée à une chaise, les yeux bandés et deux personnes étaient là. Je me suis fais torturée. Soit, la brûlure au fer rouge que je porte sur la main et le fait que l'on m'ait poignardé au ventre. » Je marquais un temps d'arrêt pour reprendre ma respiration. « J'ai du agir et pour me libérer je me suis volontairement brisé un poignet, car mon électrokinésie était inéfficace et... j'ai tué ces deux personnes. Et pour ce faire, j'ai surpassé les limites de mes pouvoirs et enlever l'arme qui se trouvait dans ma plaie, aggravant moi même mes blessures. »

Je fermais les yeux, en souriant avant de poursuivre sans lui laisser le temps de parler.

« Pourtant... Si ce n'était que ça, j'en aurais été reconnaissante envers la vie. L'histoire qui me lie à Chrysler n'a jamais été un hasard. Tout était planifié depuis le début. Shiro m'a trahit. Faust et moi plus exactement. C'est lui qui nous a guidé dans cette foutue histoire. La raison ? Je l'ignore encore... Puis... on m'a également dit que tu n'étais pas celui que je croyais... »

Je me penchais vers lui, afin de coller mon front contre le sien. C'était ma façon de m'excuser sans lui dire oralement. Comment le pouvais-je après avoir vu des larmes coulés de ses yeux par ma faute ? Je n'étais pas sûr qu'il accepterait mes avances, je ne savais pas non plus comment il allait réagir à toutes ces révélations mais il était trop tard pour m'en soucier. De plus, je savais pertinemment que si Faust était encore en vie, Hiroshi l'accepterait difficilement.




Don't use. - © Ʃkaemp ft. Erin

_________________


« You'll never known the murderer sitting next to you. »
† Fiche † - † Journal † - † #990066Galerie

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 355
Date d'inscription : 25/02/2016
Ven 30 Juin - 23:56





Last Straight Line




Hiroshi la regarda s’énerver, car son pistolet avait été détruit, il avait bien écouté son discours, le jeune homme pouvait utiliser la vitesse pour la contrer. Elle ne pouvait pas rivaliser avec lui sur ce terrain, il était le plus rapide.

Elle lui donna quelques explications, il s’en voulait d’avoir détruit une arme assez précieuse, la jeune demoiselle récupéra son pistolet avant de l’attirer pour s’asseoir sur le lit, il l’avait suivi en se mettant à côté d’elle. Le jeune la regarda avant de poser sa main sur la sienne, il voulait s’excusait d’être emporté pour l’arme

- Je suis désolé d’avoir cassé ton arme….je te le réparer, ou je vais t’en acheter un nouveau…..je suis emporté un peu fort….

Il la laissa parlé, la jeune femme commença à s’expliquer, elle avait compris que les esprits existaient, mais elle ne savait pas. C’était vraiment bizarre, il resta attentif à son discours. Elle lui avait parlé de Faust, il ressenti de la jalousie, mais il le cacha sans se décentrer. Il sourit en voyant bien qu’elle s’en voulait pour lui avoir menti, le jeune homme n’était plus en colère. Il était choqué d’entendre sa souffrance, les criminelles avaient de la chance de mourir sous les mains d’Erin, car il les aurait fait souffrir avant de les tuer. Hiroshi ne pouvait pas supporter que des personnes fassent du mal à sa louve.

Quand elle avait fini de parler, la jeune femme ferma les yeux avant de reprendre son discours, il n’avait pas eu le temps de parler. Il continua de l’écouter, alors il avait compris que c’était le même ennemi qui avait tenté de lui faire du mal, c’était bizarre d’entendre que Shiro l’avait trahi. Il était désolé pour elle et il ne fallait pas croire ces criminelles. Il la regarda attentivement, en l’embrassant sensuellement et il la serra dans ses bras délicatement. Après l’avoir embrassé, il sourit en voulant lui répondre.

- J’accepte tes excuse, même si la prochaine fois ne crois pas tes ennemis car ils voulaient casser ton moral, tu es ma louve, tu m’appartiens. Je vais t’aider à retrouver Faust, puis je t’aiderais aussi pour tuer tous ces ennemis.

Il caresse sa joue délicatement avant de reprendre son discours.

- Tu dois me promettre de ne plus partir seul pour te battre contre des ennemis. Je veux toujours t’accompagner… Tu ne dois plus partir seul pour combattre….

Hiroshi la regarda avant de l’embrasser en jouant avec sa langue, il voulait profiter de se bon moment avec elle.

_________________


1 Bisou de Kahla

Voir le profil de l'utilisateur
Last straight line [Pv.Hiroshi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ALCIDE ✕ i've walked these miles but i've walked in straight line
» la fiche de Méline Laura
» Aëline
» Education féline
» Virginie vient raconter ce qu'elle a vu au bar (pv Céline)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Eterna :: Région Ouest :: Plaine-
Sauter vers: